Washington et Moscou s'affrontent au Conseil de sécurité de l'ONU — Syrie

Washington et Moscou s'affrontent au Conseil de sécurité de l'ONU — Syrie

Il s'agit du 12e veto russe sur une résolution de l'ONU concernant la Syrie depuis le début du conflit en 2011.

Avant le vote, l'ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vassily Nebenzia, a accusé les États-Unis de se servir du vote comme prétexte pour éventuellement lancer une offensive contre la Syrie. Le projet prévoit que les responsables de "tout recours à des armes chimiques devront rendre des comptes ".

La Russie va déposer ce mardi à l'ONU un projet de résolution concurrent de celui des Etats-Unis pour exiger "une enquête" qui impliquerait l'Organisation internationale sur les armes chimiques (OIAC) après l'attaque chimique présumée contre les rebelles syriens à Douma, a annoncé Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. "Nous usons de notre veto pour défendre le droit international (.) et ne pas entrainer le Conseil de sécurité dans des aventures", a-t-il ajouté.

Lors d'une séance du Conseil de sécurité lundi sur la situation en Syrie, M. Nebenzya a indiqué que "les Etats-Unis, surtout la Grande-Bretagne et la France, suivent la politique de confrontation contre la Russie et la Syrie". Ce texte a été approuvé par six pays, alors que sept se sont prononcés contre et que deux ont choisi l'abstention.

Par conséquent, "le projet de résolution n'a pas été adopté car il n'a pas obtenu le nombre de voix requis", a affirmé Gustavo Meza-Cuadra, représentant permanent du Pérou auprès de l'Onu, qui préside le Conseil de sécurité en avril.

Ligue 1 : l'OM marque le pas contre Montpellier
Les Phocéens se vont vus refuser un penalty par M.Lesage en fin de match avec ce contact entre Hilton et Mitroglou. La deuxième meilleure défense du championnat a tenu bon dans un match globalement dominé par les Olympiens.

La Russie a également présenté un projet de résolution mardi.

Basée à La Haye, l'OIAC qui n'a pour mission que de confirmer ou d'infirmer l'usage d'armes chimiques sans aller jusqu'à en identifier les utilisateurs, a indiqué mardi qu'elle allait envoyer "sous peu" des enquêteurs à Douma.

La proposition russe visant à établir un mécanisme d'enquête indépendant sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie a été rejetée, n'ayant pas recueilli la majorité de neuf voix nécessaires à son adoption.

Les Nations Unies n'ont plus de mécanisme d'enquête sur les armes chimiques en Syrie depuis l'opposition de Moscou à son renouvellement en novembre dernier.

Related Articles