Cet homme a sauvé plus de 2 millions de bébés !

Cet homme a sauvé plus de 2 millions de bébés !

Âgé de 81 ans, James Harrison s'apprête à faire son dernier don de plasma, après en avoir fait près de 1 170 et sauvé plus de deux millions d'enfants. Son sang contenait un anticorp anti-D rare aux propriétés bien particulières. Dès l'âge de 18 ans - âge légal pour donner son sang en Australie -, il commence donc à donner régulièrement son hémoglobine.

Des anticorps rares contre la maladie hémolytique. Suite à une lourde opération du poumon qui a nécessité la transfusion de 13 unités de sang, James Harrison prend conscience qu'il doit sa vie à ces dons sanguins.

Le mystère finit par être élucidé: les bébés souffraient de la maladie hémolytique du nouveau-né, qui se développe lorsqu'une femme enceinte possède un sang de type négatif, tandis que l'enfant qu'elle porte a un groupe sanguin positif. Un mal causé par les anticorps de la femme enceinte qui détruisent les globules rouges du fœtus et causent des déficiences cérébrales pouvant aussi entraîner une fausse couche.

L'épreuve des cylindres supprimée — "Fort Boyard"
Un nouveau jeu sera installé dans la cellule reprenant le mécanisme du décor tournant , explique le quotidien francilien. Elle ne réapparaîtra donc plus dans le Fort.

On découvre alors qu'il existe un remède contenu dans le sang.

C'est un record! Durant 70 ans, l'australien James Harrison a fait 1173 dons de sang, et a permis de sauver deux millions de nouveau-nés. L'organisation a calculé que sa générosité aurait permis de sauver la vie de pas moins de 2,4 millions de bébé depuis 67 ans, ce qui lui vaut le surnom de "L'homme au bras d'or"! Un jour, les services de santé le contactent pour lui annoncer que son sang contient des anticorps anti-D, rapporte le Washington Post. Grâce à lui, j'ai donné naissance à un autre petit garçon en 1995. Parfois surnommé "l'homme au bras d'or", il avait survécu grâce à des transfusions à l'âge de 14 ans.

Durant les années 60, Harrison continue de donner son sang et étant le seul individu dans les données australienne à posséder cet anticorps, il est amené à travailler avec des médecins. La relève est assurée!

Related Articles