Le scientifique australien David Goodall a réussi à mourir en Suisse

Le scientifique australien David Goodall a réussi à mourir en Suisse

Ce scientifique australien de 104 ans a en effet dû faire le voyage jusqu'en Europe pour mettre fin à ses jours, l'euthanasie n'étant pas autorisée dans son pays.

Il venu jusqu'en Suisse pour bénéficier d'un suicide assisté que son pays lui refusait et s'est éteint jeudi à 12 h 30 (10 h 30 GMT) à Bâle, a annoncé la Fondation Exit International.

L'aide au suicide était illégale en Australie, jusqu'à ce que l'Etat de Victoria légalise l'année dernière la mort assistée.

Chercheur associé honoraire à l'Université Edith Cowan de Perth, il a quitté son pays la semaine dernière pour rendre visite à son fils à Bordeaux (France), avant d'arriver lundi en Suisse. "Je ne veux plus continuer à vivre ", avait-il répété la veille devant les médias, affirmant n'avoir aucune hésitation. "Mais si je devais choisir quelque chose, je pense que ce serait le dernier mouvement de la 9e symphonie de Beethoven", avait-t-il ajouté, avant de chanter d'une voix forte un extrait de l'Hymne à la joie, en allemand, salué par des applaudissements (voir vidéo ci-dessous). Mais devant leur refus, il avait été contraint de voyager jusqu'en Suisse, où plusieurs fondations offrent ce service. Il a cette fois-ci pu disposer d'un appartement où il a été entouré de ses petits-enfants et d'un ami jusqu'à ses derniers instants.

Festival de Cannes: Terry Gilliam pas si maudit que ça
Le 15 avril, Paulo Branco demande 3,5 millions d'euros de dédommagements, dont 1,5 million sur les recettes à venir. Terry Gilliam a alors lancé une procédure pour faire résilier le contrat de cession de ses droits à Paulo Branco .

Jeudi, avant sa mort, le centenaire a pris un dernier repas avec sa famille, composé de ses plats préférés, un fish and chips et une part de cheesecake. Le patient doit lui-même ouvrir la valve qui libère le produit.

David Goodal souhaitait médiatiser sa démarche car il n'avait pas été autorisé à se donner la mort avec une assistance en Australie. Il a demandé qu'il n'y ait aucune cérémonie après son décès.

L'Australien ne souffrait d'aucune maladie en phase terminale. "C'est un droit humain d'être en capacité pour un adulte rationnel de prendre une telle décision ", a estimé le Dr. Nitschker.

Related Articles