L'Iran veut des "assurances" des signataires de l'accord

L'Iran veut des

Il s'est entretenu, hier, avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

A Bruxelles, il rencontrera mardi la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et les ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne, les trois pays européens signataires de l'accord. Ce texte "peut servir de base", a-t-elle ajouté, mais "il ne faut pas y mettre (.) des points qui n'y sont pas", a-t-elle souligné, en réponse à la demande américaine de renégocier un nouvel accord.

Au terme de ses entretiens à travers le monde, il aura fait le tour des cinq puissances qui, outre les Etats-Unis, avaient signé avec l'Iran cet accord historique en 2015.

Les Européens entendent également discuter avec Mohammad Zarif des inquiétudes suscitées par le programme de missiles balistiques développé par l'Iran et les risques de déstabilisation des équilibres régionaux. " On va tester les intentions iraniennes, leur dire que des gestes sont indispensables dans les autres domaines ", explique une source européenne.

Europa League: un 2e trophée majeur pour l'OM?
Cela dit, Marseille a est une belle équipe, avec un bon entraîneur, et a fait des choses fantastique pendant cette compétition. L'attente à Marseille et dans tout le pays est extraordinaire.

"D'après un responsable européen, indique Nima Ghadakpour, journaliste à Euronews, "la question du sauvetage de l'accord sur le nucléaire doit être tranchée lors du sommet entre l'Europe et les Balkans qui aura lieu en Bulgarie, mais l'issue ne sera pas forcément connue rapidement, même si les dossiers économiques seront au programme des discussions".

Les dirigeants européens misent sur la disposition montrée par le président iranien Hassan Rouhani a discuter de ces problèmes.

" Il s'agira notamment de trouver des moyens d'assurer la poursuite des exportations de pétrole iranien et des transactions bancaires avec Téhéran ", a poursuivi la représentante de la diplomatie européenne, tout en reconnaissant qu'il n'était pas encore possible de " parler de garanties économiques ou légales pour l'Iran, mais il y a une réelle bonne volonté ". Deuxième étape de sa tournée diplomatique, M. Zarif s'est entretenu, hier matin, avec son homologue russe Sergueï Lavrov, après des consultations à Pékin pendant le week-end et avant son arrivée à Bruxelles, aujourd'hui, où il rencontrera ses homologues français, allemand et britannique.

A Moscou ce lundi, Javad Zarif a pu constater le rapprochement entre Russes et Européens qu'a induit le départ des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire. Il a estimé que les Etats-Unis et leurs alliés européens avaient des intérêts identiques: "Faire en sorte que l'Iran ne se dote jamais de l'arme nucléaire" et "contrer les activités déstabilisatrices du régime iranien dans la région", selon ce communiqué.

Related Articles