Quim Torra, le nouveau visage de l'autonomie catalane

Quim Torra, le nouveau visage de l'autonomie catalane

Si c'est le cas, une séance d'investiture devrait avoir lieu en début de semaine prochaine.

Carles Puigdemont a souligné que son candidat devait " garantir le respect du mandat du 1er octobre ", quand, selon les séparatistes, 2 millions de Catalans - sur 5,5 millions d'électeurs potentiels - se sont prononcés pour l'indépendance lors d'un référendum interdit par Madrid et marqué par des violences policières. Reste au quinquagénaire à être effectivement élu par le Parlement régional avant le 22 mai.

Barcelone | Le parlement de Catalogne doit se prononcer samedi sur l'investiture comme président de l'exécutif régional de Joaquim Torra, un indépendantiste choisi par Carles Puigdemont pour perpétuer l'affrontement avec Madrid. Pour éviter de nouvelles élections qui auraient pu se solder par une défaite de son camp, Carles Puigdemont a donc renoncé à redevenir président de la Catalogne. Puigdemont [accusé de "rébellion" par la justice espagnole, en liberté provisoire en Allemagne] persiste à ne pas voir que son pari a échoué: il ne va pas pouvoir mettre sur pied deux gouvernements, l'un en Catalogne, l'autre, présidé par lui-même - en attendant une éventuelle extradition.

Des convictions susceptibles de séduire notamment la formation la plus radicale de l'indépendantisme, la CUP (extrême gauche, quatre députés), mais de susciter un franc rejet de l'opposition.

Pour être élu président de Catalogne, le père de trois enfants devra s'assurer d'obtenir la majorité - au moins relative - des voix au Parlement.

Yates passe en tête au Tour d'Italie
Ils franchiront la ligne ensemble mais c'est bien Esteban Chaves auteur d'une remarquable journée qui gagne l'étape. Chaves en profite alors pour placer son attaque à 5 km de l'arrivée, sur les pentes les plus dures de l'Etna.

Figure de l'indépendantisme catalan, Quim Torra a brièvement présidé pendant quelques mois en 2015 la puissante association Omnium cultural.

Après une longue trajectoire professionnelle au sein de la compagnie d'assurances suisse Winterthur, il avait mis à profit son indemnité de licenciement pour fonder en 2008 une maison d'édition, A Contra Vent, spécialisée dans la récupération de textes de journalistes catalans de la Seconde république espagnole (1931-1939) et de l'exil sous la dictature de Franco. Il a dirigé jusqu'en 2015 le Centre culturel du quartier barcelonais El Born. Le leader indépendantiste a annoncé ce jeudi 10 mai depuis l'Allemagne, qu'il renonçait à la présidence de la Catalogne. Albert Rivera, président du parti centriste Ciudadanos, a dénoncé dans un tweet un "président marionnette", tandis que le Parti socialiste a regretté dans un communiqué le choix "d'un des profils les plus sectaires" de Catalogne.

Dans un entretien télévisé vendredi, Quim Torra a promis de rétablir les orientations politiques et les organismes supprimés par le gouvernement espagnol quand il a pris le contrôle de la région et d'entamer la rédaction de la Constitution de la future république catalane.

Nouveau venu en politique, Quim Torra était présent sur la liste du parti de Carles Puigdemont aux dernières élections.

Related Articles