SNCF: la CFDT poursuit la grève et va proposer "une quarantaine d'amendements"

SNCF: la CFDT poursuit la grève et va proposer

Édouard Philippe a d'emblée annoncé de "nouvelles discussions" fin mai à Matignon, autour de l'examen de la réforme au Sénat (à partir du 23 mai), selon Luc Bérille, secrétaire général de l'Unsa, qui est sorti de son entrevue en regrettant qu'il n'y ait "pas de garanties suffisamment précises". "On ressort motivés pour continuer puisque le Premier ministre n'a pas dit autre chose que ce qu'il avait dit avant qu'on rentre", a ajouté Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, premier syndicat de France.

Le Premier ministre s'est engagé lundi à adopter "des règles strictes, une 'règle d'or' qui interdise un endettement excessif de la SNCF". CGT-Cheminots, Unsa-Ferroviaire, SUD-Rail et CFDT-Cheminots avaient alors claqué la porte de la concertation menée depuis début mars par la ministre des Transports Élisabeth Borne, réclamant une réunion avec " celui qui décide ". "Pour nous, clairement, la grève se poursuit", a ainsi déclaré à la presse le secrétaire général de la CGT Cheminots, Laurent Brun.

Du côté du gouvernement, on reste également sur ses positions " Nous ne reviendrons pas sur l'ouverture à la concurrence, nous ne reviendrons pas sur la réorganisation de l'entreprise et sur la fin du recrutement au statut " a affirmé Edouard Philippe.

Le Premier ministre a dit qu'il ne reviendrait pas sur les grands principes de la réforme. Durant l'examen du texte par les sénateurs, le gouvernement pourrait introduire de nouveaux amendements inspirés par les propositions des syndicats, qui s'ajouteraient à ceux adoptés à l'Assemblée nationale en première lecture. Sur les questions du financement de la dette et plus largement du système ferroviaire, aucun engagement factuel n'a été pris par le Premier ministre sauf à dire qu'on se revoit dans 15 jours. "Il y a encore des sujets à discuter comme les modalités de reprise de la dette " du groupe par l'État, une " question extrêmement importante " à voir " pas simplement avec les organisations syndicales", mais aussi " avec la direction de la SNCF ", les associations d'usagers, les députés et les sénateurs. Les salariés de la SNCF entament ce lundi 7 mai, à 20 heures, leur huitième séquence de grève perlée. Au programme des discussions: la reprise de la dette de la société ferroviaire; la réforme du statut des cheminots; la restructuration de l'entreprise.

L'opposant Alexeï Navalny de nouveau arrêté à Moscou — Russie
L'avocat fiscaliste et opposant russe Alexeï Navalny a été interpellé, samedi, lors d'une manifestation non autorisée à Moscou. Ils étaient descendus dans la rue, deux jours avant l'investiture de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat présidentiel.

L'intersyndicale se prononcera mercredi sur la suite à donner au mouvement social, a ajouté l'Unsa. La CGT, qui n'a pas changé son calendrier de grèves, veut faire du 14 mai une journée sans cheminots.

Après avoir "réfuté les caricatures de ceux qui cherchent à faire peur en parlant de privatisation ou de libéralisation sans foi ni loi", le Premier ministre a, une nouvelle fois, tendu la main aux représentants syndicaux de la SNCF.

Lundi matin, l'action d'Air France-KLM a momentanément dévissé de plus de 13% à l'ouverture de la Bourse de Paris.

Related Articles