Trump annonce le retrait de l'accord nucléaire iranien

Trump annonce le retrait de l'accord nucléaire iranien

Concrètement, Donald Trump a choisi l'option la plus radicale: toutes les sanctions levées en contrepartie de l'engagement pris par la République islamique de ne pas se doter de l'arme nucléaire sont rétablies. Pourtant, fin mars, le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Gadi Eizenkot, jugeait que "l'accord, malgré tous ses défauts, fonctionne et reporte la réalisation de la vision nucléaire iranienne de dix à quinze ans".

"Plutôt que de s'essayer à une 'diplomatie de la séduction' dont rien à ce jour n'a prouvé l'efficacité sur l'accord iranien -ni sur le commerce international ou sur le respect de l'accord de Paris sur le climat- il est urgent de rechercher avec nos partenaires européens à garantir l'application de cet accord avant que l'escalade et la surenchère ne l'emportent sur la raison", a critiqué le Parti socialiste dans une allusion explicite à la complicité affichée par Emmanuel Macron et Donald Trump.

La sortie du projet d'accord de libre-échange avec des pays riverains du Pacifique (le TPP), le 23 janvier 2017, a constitué un premier exemple de ce décalage entre la rhétorique et les réalités géopolitiques.

"Mais il a menacé de reprendre l'enrichissement d'uranium" sans limite" si ces négociations ne devaient pas donner les résultats escomptés dans les "semaines à venir". Il rejette toute "renégociation" qui supposerait, au préalable, une remise en cause de l'accord.

Charles et Camilla en vacances en France
Ils assisteront dans un premier temps à une cérémonie commémorative de l'armistice de la Seconde Guerre Mondiale sur l'Île aux Cygnes du parc de la Tête d'Or.

"Si nous atteignons les objectifs de l'accord en coopération avec les autres parties prenantes de cet accord, il restera en vigueur (.)". Leurs ministres des Affaires étrangères "se rencontreront pour engager sans délai des discussions dans cette perspective", ajoute la présidence française.

Donald Trump [VIDEO] a annoncé qu'il imposerait "le plus haut niveau de sanctions économiques " à l'Iran, violant un accord nucléaire international et une résolution de l'ONU, rompant de manière décisive avec les alliés américains en Europe et provoquant potentiellement une nouvelle crise dans le Golfe.

Les Européens vont devoir se livrer à une course contre la montre pour trouver les moyens de préserver leurs entreprises et répondre aux attentes des Iraniens. L'ordre donne aux entreprises des périodes de grâce de 90 jours ou de 180 jours pour s'extraire des contacts iraniens existants ou faire face à des mesures punitives américaines.

Mais de l'aveu même de responsables européens, le défi est énorme et la marge de manoeuvre des Européens très faible. "La dénonciation par Trump de l'accord avec l'Iran est un échec cinglant pour Emmanuel Macron déjà humilié sur le climat". Leur préoccupation est de renégocier un rapport de forces avec l'Iran, mais aussi avec la Russie et la Chine, avec en toile de fond la Syrie, le Moyen-Orient, sans oublier la Corée.

Related Articles