Les parents n’avaient pas porté plainte contre le magasin en question car, heureusement, la fillette n’avait gardé aucune séquelle de son allergie. Néanmoins, le parquet d’Alençon a tenu à ouvrir une enquête pour déterminer les causes exactes de cette allergie. Les vêtements étaient soupçonnés contenir du diméthylfumarate (DMF), substance déjà trouvée dans des vêtements de confection chinoise et interdite en Europe depuis 2008.

Les premiers résultats d’analyse des vêtements en question, se sont avérés négatifs, a affirmé Blandine Grimaldi, directrice de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des personnes dans l’Orne. Cependant, les recherches pour découvrir la cause qui a déclenché l’allergie ne s’en tiendront pas là. D’autres analyses sont à prévoir, notamment des colorants.